(Translated by Christophe Benninger from the original English version.)

Google Glass pourrait bien changer votre vie, mais pas de la façon dont vous l’imaginez. Il y a quelque chose que Google Glass rend possible et dont personne – personne – n’a encore parlé, et c’est pourquoi j’écris ce post aujourd’hui pour le décrire.

A lire les critiques délirantes des journalistes en nouvelles technologies auxquels Google a offert des démos, on croirait que Glass se trouve quelque part entre le jetpack et la baguette magique : un produit tellement cool, tellement fabuleux, tellement irrésistible qu’il doit forcément remplacer cet appareil déclinant, ridiculement dépassé appelé smartphone.

Sergey Brin lui-même l’a dit hier, faisant observer que l’utilisation du smartphone est "castratrice", de "frotter ce morceau de verre tout lisse." Sa solution à ce morceau de verre, bien entendu, est appelée Glass(!). Et sa solution à cette castration est – eh bien, comme l’a dit VentureBeat, "Sergey Brin trouve les smartphones "castrateurs" – mais les ringards Google Glass sont top."

Comme toute autre innovation brillante récemment, Google Glass vivra ou mourra uniquement suivant l’expérience qu’elle créera pour les gens. Le problème le plus immédiatement visible dans l’expérience Glass est le côté ringard du look de la personne qui les porte. Personne ne veut être le seul dans le bar à ressembler à un cyborg d’un film sci-fi de 1992 ; c’est gênant. Les adeptes précoces abandonneront Google Glass s’ils ne sentent pas l’approbation sociale qu’ils recherchent en les portant.

Google semble avoir pris en compte cela et a déjà annoncé un partenariat avec Warby Parker, connu pour ses lunettes design prisées par l’essentielle nouvelle génération. (Ma propre proposition, postée le jour précédent, suggérait que Google se penche sur un monocle).

Mis à part l’aspect physique maladroit, l’expérience de l’utilisation de Google Glass a gagné les louanges des évaluateurs. Voir ses flux de données flotter dans l’air devant ses yeux est, semble-t-il, une expérience extatique. Météo ! Itinéraires ! Notifications de réseaux sociaux ! Surcharge d’emails ! Le tout en lévitation devant vos yeux, jamais hors de votre champ de vision ! Pour ceux qui se délectent d’un déluge de distractions digitales, ceci est beaucoup plus excitant qu’un smartphone, qui vous force à retourner de temps en temps à l’ennui du monde hors-ligne, lorsque vous remettez votre téléphone en poche. Glass promet de ne jamais vous infliger cela. En fait, avec un culot considérable, Google essaie de lancer Glass comme un antidote à la distraction, puisque les utilisateurs n’ont pas besoin de baisser les yeux vers le téléphone. Bien sûr : les distractions sont maintenant commodément placées directement dans votre globe oculaire ! (Pour une exploration plus précise de la distraction permise par Glass, jetez un œil à cette vidéo parodique à l’humour noir. Celle-ci est encore plus incisive.)

Comme si ça n’était pas encore assez, Google Glass est livré avec une fonction de plus, encore plus importante : lifebits, la possibilité de capturer en vidéo les gens, les endroits, et les événements autour de vous, à tout moment. Les lecteurs vétérans se souviendront que j’ai prédit cela il y a six ans dans mon livre Bit Literacy. Tiré du chapitre 13 :

Le flux de données de vie soulèvera de nouvelles questions importantes. Devrait-il être socialement acceptable, par exemple, d’enregistrer une conversation privée avec un ami? Comment serons-nous sûrs que nous ne sommes pas enregistrés, en public ou en privé? (…) Les entreprises, la police, même les amis avec des ‘capteurs de vie’ enregistreront les actions et les paroles de toute personne en vue, qu’ils le veuillent ou non.

Aujourd’hui, ce futur est enfin arrivé : une grande entreprise offre la possibilité d’enregistrer votre vie, de la conserver, et de la partager – le tout à l’aide d’une simple commande vocale.

Et c’est à ce moment que notre histoire prend un tournant, vers une ramification qui éclipse tout autre problème soulevé jusqu’ici par Google Glass. Oui,les lunettes donnent l’air ringard – Google y remédiera. Et certainement, Glass force les utilisateurs à être constamment connectés au monde digital de Google – une préoccupation mineure pour l’entreprise, et d’ailleurs pour la majorité des utilisateurs potentiels. Non. La vraie question soulevée par Google Glass, laquelle soit provoquera l’échec du projet, soit donnera certains résultats que vous pourriez ne pas vouloir (et que je décrirai), est liée aux lifebits. Encore une fois, c’est une question concernant l’expérience.

La fonction de Google Glass dont (presque) personne ne parle est l’expérience – non pas de l’utilisateur, mais de toute autre personne. Un tweet de David Yee l’introduit bien :

Il y a un type qui porte des lunettes Google dans ce resto qui, jusqu’à maintenant, était mon endroit favori.

La question-clé de l’expérience Google Glass n’est pas ce que c’est de les porter, mais ce que c’est d’être à proximité de quelqu’un qui les porte. Je vais donner un simple exemple. Votre conversation en tête-à-tête avec une personne portant des Google Glass risque d’être agaçante, parce que vous suspecterez ne pas avoir leur attention complète. Et vous ne pourrez pas facilement lui demander de les enlever (surtout si, inévitablement, l’appareil est intégré dans des lunettes correctrices). Pour finir – et c’est là que les problèmes commencent véritablement – vous ne saurez pas si cette personne vous enregistre.

Maintenant, faisons comme si vous ne connaissez personne qui porte de Google Glass… et allez vous promener dehors. Où que vous alliez en public – n’importe quel magasin, trottoir, bus ou métro – vous êtes susceptible d’être enregistré : audio et vidéo. Cinquante personnes dans le bus peuvent être sans Glass, mais si une seule personne qui en porte monte, vous – et les 49 autres passagers – pourraient être enregistrés. Pas simplement dans une mémoire vidéo effacée au fur et à mesure, comme une caméra de surveillance, mais enregistrés, conservés de façon permanente, et partageables avec le reste du monde.

Je connais déjà la réponse : “Je me fais enregistrer par des caméras de sécurité toute la journée, ça ne me dérange pas, quelle est la différence?” Attendez – je n’ai pas fini.Ce qui rend Google Glass unique, c’est le fait que c’est un projet Google. Et Google a la capacité de combiner Glass avec d’autres technologies qu’elle possède.

D’abord, prenons les flux vidéo de tous les Google Glass, portés par des utilisateurs tout autour de la planète. Que la vidéo soit seulement enregistrée périodiquement, comme dans la première version de Glass, ou continuellement, comme il sera certainement possible dans les versions à venir, les données vidéo sont toutes acheminées vers le nuage de serveurs de Google. Ajoutez maintenant la reconnaissance faciale logicielle et la base de données identitaires que Google constitue au moyen de Google Plus (en mettant l’accent sur les noms réels exacts des personnes) : les serveurs de Google peuvent traiter les fichiers vidéo, à leur guise, et tenter d’identifier chaque personne apparaissant dans chaque vidéo. Et si Google Plus ne semble pas très important, notons que Mark Zuckerberg a déjà promis que Facebook développera des applications pour Glass.

Finalement, considérons les logiciels de transcription de la parole que Google utilise déjà, que ce soit sur ses serveurs ou sur les Google Glass eux-mêmes. N’importe quelle parole dans une vidéo pourrait, techniquement, être convertie en texte, associée à l’individu qui l’a prononcée, et rendue entièrement consultable dans l’index de recherche de Google.

Voilà, le décor est planté : non pas ce qui va arriver, mais ce qui – je veux juste le faire remarquer – pourrait techniquement arriver, en combinant des outils déjà disponibles par Google.

Retournons à notre bus. Ce n’est pas une extrapolation d’imaginer que vous pourriez immédiatement être identifié par cet utilisateur de Google Glass qui monte dans le bus et tourne sa tête vers vous. Quoi que vous disiez à portée de voix pourrait être enregistré, converti en texte, et associé à votre identité en ligne. Et conservé dans l’index de recherche Google. De manière permanente.

Je n’ai pas encore terminé.

L’aspect véritablement intéressant est que tout l’indexage, l’association et le stockage pourraient avoir lieu sans que l’utilisateur de Glass ne le décide. N’importe quelle vidéo prise par n’importe quel Google Glass, où que ce soit, est susceptible d’être enregistrée sur les serveurs de Google, où n’importe quel post-traitement (reconnaissance faciale, transcription de parole, etc.) pourrait être faite à la requête ultérieure de Google, ou de n’importe quelle corporation ou entité gouvernementale, à n’importe quel moment du futur.

Vous rappelez-vous avoir été quelque peu mis mal à l’aise par cette voiture que Google conduisait dans les rues pour prendre des photos de vos maisons? La plupart des gens s’y sont faits, parce qu’ils ont pu utiliser la jolie fonction StreetView dans Google Maps grâce à cela.

Google Glass est comme une voiture-caméra pour chacun des milliers, peut-être des millions, de personnes qui les porteront – chaque jour, chaque endroit qu’ils visitent – sur les trottoirs, dans les restaurants, dans les ascenseurs, dans votre bureau, chez vous. Désormais, à partir d’aujourd’hui, où que vous alliez à portée d’un Google Glass, tout ce que vous ferez pourrait être enregistré et téléchargé vers le nuage Google, et conservé là pour le reste de votre vie. Vous ne saurez pas si vous êtes enregistré ou non ; et même si vous le savez, vous n’aurez aucun moyen d’y remédier.

Et ceci, mes amis, est l’expérience que Google Glass crée. Ceci est l’expérience à laquelle nous devons réfléchir. L’expérience la plus importante de Google Glass n’est pas l’expérience de l’utilisateur – c’est l’expérience de tous les autres. L’expérience d’être un citoyen, en public, est sur le point de changer.

Pensez seulement : si un million d’utilisateurs de Google Glass se répandent sur la planète et commencent à enregistrer le son et la vidéo du monde qui les entoure, la portée de l’index de recherche Google devient soudain beaucoup, beaucoup plus grande ; et vous serez inclus dans cet index. Laissez-moi évoquer une image. Dans dix ans, une personne, une entreprise ou une organisation, s’intéresse à vous, veut savoir si vous avez jamais dit quelque chose qu’elle considère offensant, ou menaçant, ou inclut simplement la mention d’un mot ou d’une phrase qu’elle trouve intéressant. Une simple recherche dans le nuage de Google – qu’elle soit initiée par un service disponible au public, par un mandat des autorités, ou par quoi que ce soit entre les deux – fera apparaître instantanément l’ensemble de chaque mot que vous ayez jamais prononcé à portée de voix d’un appareil Google Glass.

Ceci est la discussion que nous devrions avoir sur Google Glass. La communauté technophile devrait mener cette discussion. Et pourtant la plupart des technophiles sont aujourd’hui encore en train de discuter sur l’aspect cool ou non que le port de l’appareil leur donnera.

Oh, et à propos de ce problème de design. Si Google Glass marche suffisamment bien lors de son premier lancement pour survivre à des versions suivantes, oubliez Warby Parker. La prochaine entreprise approchée par Google sera Bausch & Lomb. Pourquoi porter d’encombrantes lunettes lorsque l’appareil entier tient dans une lentille de contact? Et ainsi, bien sûr, nous arriverions à l’expression ultime de l’idée Google Glass : un monde digital qui est encore plus difficile à désactiver, une fois qu’il est implanté directement dans le corps de l’utilisateur. A ce stade vous ne saurez même plus qui pourrait vous enregistrer. Il n’y aura plus de retrait possible.

– – –

(Translated by Christophe Benninger from the original English version.)

  1. Moi je suis inventeur et j’ai une très bonne idée pour les lunettes google glass j’ai inventé le cache bleu vert, un cache qui coulisse se place et se retire de devant la lunettes de la camera des lunettes google, ce cache favorise la confiance, la non méfiance et la sécurité du porteur et du non porteur des lunettes google, et je propose cette idée à monsieur Sergey Brin .

  2. online payday loan fax
    benefits of cash advance merchants
    easy fax canadian payday loans
    cash advance brochure
    hour pay day loans
    payday loan upstate ny only
    cash advance bothell wa
    advance business loan payday start
    payday loans no direct deposit required
    wyoming cash advance for medical receivables
    instant approved payday loans
    500 dollar cash advance
    no fax online paydays
    advanced america cash advance
    cash advance tampa
    payday loans ten
    payday loan financial lenders
    software check cashing payday loan
    cash in advance store copperas cove
    cash check advance new orleans
    no fax payday loan nd mortgage
    missouri cash advance loan illinois
    payday loan osceola county
    11 advance cash loan payday
    locate payday loan overnight
    cash advance loans ottawa
    no fax online paydays
    offer payday loans
    fast payday loans
    pay day loans ontario
    stores for payday loans in kansas
    friday harbor payday loan
    fast loan loans fast loan payday
    no fax payday loan structured settlement
    nc cash advance
    online payday loan instant approval credit
    payday loans umaxppc
    no teletrack cash payday loans
    cash advance loans without employment verifications
    faxless online payday advance

Comments are closed.